Edmond Edouard N’GOUAN, Président du Parti Ecologique Ivoirien(PEI), candidat pour briguer les élections municipales : « Je ferai d’Azaguié, une ville ouverte au monde… »

Le scrutin électoral municipal fixé au 13 octobre 2018 en Côte d’Ivoire suscite déjà un engouement au niveau des candidatures. Edmond Edouard N’GOUAN, Président du Parti Ecologique Ivoirien(PEI) sera candidat pour briguer les élections municipales à Azaguié(40km d’Abidjan). Ville par laquelle il ambitionne d’étaler le savoir faire et les bénéfices à tirer sur les programmes d’écologie politique. Dans cette interview, il relève les motivations profondes de sa candidature.

A.T : Qu’est-ce qui motive votre candidature ?

Edmond Edouard N’GOUAN: Je suis chef de parti politique, notre devoir est de concourir pour le pouvoir, le pouvoir de décision, devenir décideur en apportant les pensées bénéfiques, les bonnes résolutions pour le bienêtre de la société. En ce qui me concerne, j’ai décidé d’apporter ma force à Azaguié. Donner à partir de cette ville qui est tout à la fois ma ville natale, un exemple dans la Nation. Mon choix pour Azaguié est aussi le choc que j’ai eu, de voir cette ville que j’adore, qui m’a vu naître, élevé, être resté à l’état où je l’ai laissé presque quarante ans plus tard. Une ville commune et village où tout manque. Il fallait que ma capacité et les bienfaits d’écologie politique commencent d’abord par là. Vierge comme je la trouve, il y est facile pour montrer l’exemple. La plus forte motivation est la volonté de bâtir. Donner à la population d’Azaguie, un niveau de vie confortable, de qualité, en apportant à Azaguié, à partir de tous les plans que nous confère, notre programme, les infrastructures et les relations nécessaires qui permettront à la population de se sentir bien. De ne plus vouloir quitter la ville et à tous ceux qui sont partis, de revenir. Je vais faire d’Azaguié, un centre d’Attraction, une ville vraiment où beaucoup moins ne manque. J’irais frapper aux portes à partir de nos bizness plans assignés à chaque poste de développement. Je ferais d’Azaguié, une ville ouverte au monde donnant à la possibilité aux jeunes d’échanger avec les autres jeunes du monde et de découvrir en vacances, d’autres cieux. Pour leurs ouvertures d’esprits. Cela se négocie. Pour la jeunesse et la petite enfance, c’est nécessaire. Bien que tout ce qui est créateur d’emplois, porteur d’emplois sera notre priorité, nous organiserons beaucoup d’activités à Azaguié. Les personnes âgées comme les personnes à mobilités réduites, aussi les personnes handicapées ne se sentiront plus isolés. Je vais définir, reconférer et penser la ville en faisant d’elle, une ville structurée, organisée, verte. Je ne serais pas là pour être le petit notable maire, ne mettant que de petits projets en place. Que de petits actes non durables comme ces marchés précaires construites un peu partout dans nos villes, non durables, juste pour flatter pour des réélections. Avec moi, ce sera du véritable durable, pour pouvoir laisser aux successeurs, de s’occuper d’autres actes, plutôt que d’être obligés de tout reprendre.

A.T : Que répondrez-vous à ceux diront que vous êtes loin des réalités de la commune dans laquelle vous souhaitez présenter votre candidature ?

Edmond Edouard N’GOUAN: Je leur répondrais par des questions. Je leur demanderais à eux qui se disent proches des réalités de la commune, qu’ont-ils fait pour sortir la ville de son ornière actuelle ? Qu’ont-ils fait pour la population afin qu’elle ne vive plus dans sa désuétude actuelle ? Pas de commerces qui peut employer. Pas d’activités, pas de centre culturel de renom qui peuvent occuper. Pas d’appels des entrepreneurs et entreprises. Pas de crèche, de cantine scolaire, un petit internat scolaire, de centre aéré, de bibliothèque, de stade comme il se doit, de piscine, d’infrastructures d’occupation sportives ou autres. Pas d’embellissement de la ville, pas de parcs, ni aires de jeux ni de jardin. Et pourtant, les terres appartiennent à la commune qui pouvait choisir des emplacements, donc qu’ils aillent se faire entendre ailleurs ! Nous connaissons leurs acquis. Si seulement un tout petit peu de tout cela avait été fait, ils seraient à être applaudis que de venir parler de réalités de terrain. Ont-ils mis des programmes sur ces postes ? Certains ne nécessitent pratiquement pas grands frais, comme un parc, un jardin, une petite aire de jeux avec tobogan, balançoires pour les jeunes et enfants etc. Quand ils parlent de budget municipal, mais une balançoire vaut qu’une cordelle et un étau faisable à moins de 30 000 f cfa. Un tobogan vaut payé non construit en magasin, entre 70 et 150 000. Penser pour la petite enfance pour une commune, est-ce insurmontable ? Sinon, les réalités de vie sont les mêmes partout. La recherche du confort.

A.T : Autrement dit, est –ce que vous connaissez bien les problèmes que vivent les populations au point de vouloir y apportez des solutions ?

Edmond Edouard N’GOUAN: Je pense avoir répondu plus haut, pour ne pas avoir à me répéter. Dans un endroit où tu es Né, où tu as toujours vécu de près ou en pensé, ou est née ta mère et où elle vit toujours, elle et toute sa famille, un lieu où sont enterrés tes parents et aïeuls, vous diriez ne pas le connaître ?

A.T : Quels sont les grands axes de votre programme ?

Edmond Edouard N’GOUAN: Ce n’est pas pour nous le moment de les vendre. Bien que j’aie déjà énuméré pleins de points. Le temps pour le moment, sur un mois, est l’assemblage des dossiers. Après cela, nous commencerons à pénétrer la famille, c’est à dire le peuple d’Azaguié pour le lui présenter. Nous donnerons plusieurs conférences de presse sur place, pour vous donner l’occasion à vous journalistes de faire connaître nos programmes et explications. N’êtes-vous pas le centre et la médiation entre le peuple et les politiques ?

A.T : Est-ce que les populations peuvent compter sur votre longue expérience et vos contacts en Europe pour développer la commune où vous voulez devenir maire ?

Edmond Edouard N’GOUAN: Bien sûr. Sinon, à quoi cela aura servi de s’être crée des relations et d’appartenir à des réseaux de développement pour ne pas s’en servir, en faire profiter !

A.T : Un appel à lancer aux populations pour terminer ?

Edmond Edouard N’GOUAN: Nos villes et villages ont des airs trop arriérés. Cela, pour avoir choisi le maire sans capacité, juste par affinité, par tribalisme ou communautarisme. Pour sa notoriété passée, pour son nom ou parce qu’il est petit notable du coin ou de la famille de petits notables du coin. Ce qui longtemps après n’a rien changé, sinon que leur gros dos. Eux, devenus rois et non pas l’administrateur élu. Une ville appartient à tous ceux qui y vivent. Donc tout développement est pour tous. Fermez les yeux, vous devez sortir voter en masse. Surtout la jeunesse. Le vote est une obligation morale. Ne pas voter, ce que les autres ont décidé s’applique à toi. Ne pas voter, c’est comme si tu n’existais pas, que tu n’as pas l’intelligence pour faire un choix bénéfique pour toi et pour tous, donner ton avis. Il faut aller voter. Mais désormais, savoir penser, savoir faire le bon choix qui avancerait bien et vraiment la ville. Donc savoir regarder les contenus des programmes et voir leurs faisabilités. Chaque année, vous avez vu et vos cerveaux chaque jour ont évolué. Alors ne revenez plus en arrière. Ne vous laissez plus flatter. Le développement d’une ville concerne toute la population qui vit dans la commune et de leur choix. Portez-vous bien famille. Je vous aime.

Interview réalisée par Augustin Tapé

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s